FJpower !
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Derniers sujets
» Trois devinettes ligériennes sans fleurs
par Vincent24 Hier à 19:36

» Erythrina crista-galli leucochlora
par Michou Hier à 18:29

» bouture ananas
par Michou Hier à 18:00

» Michou - un jardin de curiosités, botanique, le moulin, l'oasis de Michel (44)
par Rémi44 Hier à 15:19

» Rémi - Mon (tout) petit jardin en mode tropical
par Rémi44 Hier à 15:14

» Asplenium scolopendrium - scolopendre
par Rémi44 Hier à 15:05

» Polypodium groupe vulgare - polypode commun
par Rémi44 Hier à 15:02

» Philodendron bipinnatifidum - selloum
par tragus Hier à 12:27

» Déficoncours "A perte de vue..." - les votes
par benji Hier à 11:40

» Wisteria - les glycines
par tragus Hier à 9:41

» Découvertes et voyages au sud de Nantes et son climat protégé. Michou
par Michou Hier à 9:40

» Grevillea johnsonii greffé sur Grevillea robusta [identification]
par PierredeSFA Hier à 9:35

» Sansevieria hyacinthoïdes ?
par tragus Hier à 9:31

» Phaenosperma globosa - Herbe aux Perles
par tragus Hier à 9:27

» Amorphophallus bulbifer
par tragus Hier à 9:23

» Magnolia x soulangeana
par Rémi44 Sam 27 Fév 2021 - 15:49

» Végétaliser un trottoir
par Rémi44 Sam 27 Fév 2021 - 15:43

» Aechmea recurvata
par Rémi44 Sam 27 Fév 2021 - 15:31

» Mes nuits sont plus belles que vos jours
par Rémi44 Sam 27 Fév 2021 - 15:21

» Euphorbia characias
par Rémi44 Sam 27 Fév 2021 - 15:12

» Aloe x spinosissima
par Rémi44 Sam 27 Fév 2021 - 15:10

» Support à épiphytes et broméliacées rustiques
par Rémi44 Sam 27 Fév 2021 - 15:06

» Trois devinettes ligériennes fleuries
par KAWAN Sam 27 Fév 2021 - 10:51

» Hemiboea subcapitata
par KAWAN Sam 27 Fév 2021 - 9:31

» Sedum stahlii
par BUGADE Sam 27 Fév 2021 - 8:57

» Ulex parviflorus - ajonc de Provence
par tragus Sam 27 Fév 2021 - 8:25

» Helleborus viridis - hellébore vert
par tragus Ven 26 Fév 2021 - 9:46

» Vitis vinifera - vigne
par tragus Ven 26 Fév 2021 - 9:18

» Magnolia ? [Identification en cours]
par KAWAN Jeu 25 Fév 2021 - 19:30

» Alocasia zebrina
par tragus Jeu 25 Fév 2021 - 18:34

» Alocasia lauterabachiana
par tragus Jeu 25 Fév 2021 - 18:27

» Himantoglossum robertianum - barlia robertiana
par tragus Jeu 25 Fév 2021 - 18:25

» Tetrapanax papyrifera
par KAWAN Jeu 25 Fév 2021 - 11:14

» Nostoc - crachat de lune
par BUGADE Jeu 25 Fév 2021 - 10:34

» Alocasia clypeolata
par Vernousain Jeu 25 Fév 2021 - 8:59

» Ginkgo biloba - arbre aux quarante écus
par Vernousain Jeu 25 Fév 2021 - 8:48

» Alocasia 'Stingray'
par Vernousain Jeu 25 Fév 2021 - 8:01

» Alocasia brancifolia
par Vernousain Jeu 25 Fév 2021 - 7:53

» Alocasia wentii 'Variegata '
par Vernousain Jeu 25 Fév 2021 - 7:49

» Edgeworthia chrysantha 'Akebono'
par Vernousain Jeu 25 Fév 2021 - 7:46

» Mousses, lichens et autres fantaisies de l'hiver
par claire Mer 24 Fév 2021 - 23:11

» Aechmea pimenti-velosoi
par PierredeSFA Mer 24 Fév 2021 - 22:07

» rainettes et autres grenouilles
par cugandense Mer 24 Fév 2021 - 21:39

» Alocasia odora 'Variegata' Forme Gold
par Vernousain Mer 24 Fév 2021 - 9:01

» laurier palme et maladie du trou ?
par Vernousain Mar 23 Fév 2021 - 19:47

» Edgeworthia tomentosa (= Edgeworthia chrysantha)
par KAWAN Mar 23 Fév 2021 - 17:44

» Branches de vie
par benji Mar 23 Fév 2021 - 15:12

» Justicia floribunda (= Justicia pauciflora)
par benji Mar 23 Fév 2021 - 14:38

» Aglaonema pictum 'Tricolor'
par GILLES17 Mar 23 Fév 2021 - 10:31

» Elaeagnus angustifolia - olivier de bohême
par BUGADE Mar 23 Fév 2021 - 10:12

» Alocasia 'Sarian '
par Vernousain Mar 23 Fév 2021 - 10:08

» Jasminum mesnyi
par cugandense Mar 23 Fév 2021 - 8:02

» Aphyllanthe monspeliensis
par tragus Mar 23 Fév 2021 - 7:30

» Pelargonium sp. (non crispum)
par tragus Mar 23 Fév 2021 - 7:24

» Smyrnium olusatrum - maceron
par Michou Lun 22 Fév 2021 - 21:37

» Les botanistes
par Vernousain Lun 22 Fév 2021 - 19:40

» Gleditsia triacanthos - févier d'Amérique
par BUGADE Lun 22 Fév 2021 - 19:10

» Venise paysages et jardins
par Vernousain Lun 22 Fév 2021 - 17:16

» Les Iris plicata - une longue histoire et un bel exemple d'évolution
par Squalens Lun 22 Fév 2021 - 10:56

» Smyrnium olusatrum - [identification]
par tragus Lun 22 Fév 2021 - 10:29

» répertoire des non-arbres
par cugandense Lun 22 Fév 2021 - 8:25

» Melianthus major - grande mélianthe
par cugandense Lun 22 Fév 2021 - 8:22

» Zantedeschia aethiopica 'Himalaya'
par Rémi44 Dim 21 Fév 2021 - 17:17

» Beschorneria yuccoides
par Cormillonne Dim 21 Fév 2021 - 14:58

» Anchusa italica - buglosse d'Italie
par claire Dim 21 Fév 2021 - 0:41

» Podophyllum - le genre
par Cormillonne Sam 20 Fév 2021 - 21:15

» Solanum dulcamara - [identification]
par KAWAN Sam 20 Fév 2021 - 19:45

» Linum narbonense
par BUGADE Sam 20 Fév 2021 - 19:12

» Acacia Dealbata [identificaton]
par tragus Sam 20 Fév 2021 - 18:49

» répertoire arbres-abustes
par neira Sam 20 Fév 2021 - 18:37

» Salvia gesneriiflora
par tragus Sam 20 Fév 2021 - 18:36

» Wageningen University & Research - Image Collections
par pamina Sam 20 Fév 2021 - 17:52

» si l'on parlait du temps qu'il fait ? - tome 6
par Cormillonne Sam 20 Fév 2021 - 15:45

» Camellia 'Mme Marie-Jo'
par Michou Sam 20 Fév 2021 - 11:51

» Malva moschata - mauve musquée
par BUGADE Sam 20 Fév 2021 - 11:49

» l'herbier - répertoire par familles
par neira Sam 20 Fév 2021 - 9:22

» Bryum argenteum
par neira Sam 20 Fév 2021 - 9:16

» Lichens à identifier
par DOMCHO Ven 19 Fév 2021 - 23:36

» Euonymus japonicus - fusain du Japon
par tragus Ven 19 Fév 2021 - 7:37

» Acacia dealbata
par Michou Jeu 18 Fév 2021 - 20:43

» Polygala myrtifolia
par BUGADE Jeu 18 Fév 2021 - 20:12

» Acacia kybeanensis
par KAWAN Jeu 18 Fév 2021 - 18:52

» l'herbier - répertoire alphabétique
par pamina Jeu 18 Fév 2021 - 15:27

» Euphorbia amygdaloides
par Cormillonne Jeu 18 Fév 2021 - 14:19

» répertoire général
par pamina Jeu 18 Fév 2021 - 14:08

» Anchusa arvensis (= Lycopsis arvensis) - buglosse des champs
par pamina Jeu 18 Fév 2021 - 13:38

» Phoenix dactylifera - palmier dattier
par benji Jeu 18 Fév 2021 - 12:59

» Alyogyne - le genre
par benji Jeu 18 Fév 2021 - 12:25

» Arisaema erubescens
par AnJo11 Jeu 18 Fév 2021 - 11:56

» Opuntia elata
par tragus Mer 17 Fév 2021 - 18:32


La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Carabus Jeu 10 Nov 2016 - 10:22

Bonjour à toutes et tous,

Pour bien comprendre ce qui suit, il vaut mieux avoir lu les messages précédents consacrés à ce sujet.
Pour ce faire, on ira la :
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 205125 La MO au potager, un truc fondamental.
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 205125 La MO au potager ... combien t'en as ?

Le résumé de ces 2 messages quant aux principales conclusions.

...................La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Le_rys10

Et si on passait à des aspects plus pratiques avec la situation des "terres très pauvres" et des apports possibles en MO, chaque année.

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 496499 Le cas des terres dites "très pauvres" ou le % de MO est de 0,5%
Le problème à résoudre est le conflit des quantités nécessaires pour redresser la MO et le niveau de fertilisation induit par ces quantités :!:
Pour apporter les 1,8 Kg de MO par m² vus (dans le paragraphe précédent) en situation de "terre très pauvre" et pouvoir atteindre l'objectif de 5% de MO, que faudrait-il épandre  :?:

...................La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Tab_7_10

Il faudrait apporter 9 Kg de fumiers de bovins par m² !!! ou  15 Kg de compost "ménager",
mais qu'est-ce que cela apporte en valeur fertilisante aux légumes ?
On va le voir dans le tableau ci-dessous ... c'est de la folie pure et simple ! ...
... de l'azote plein le sous-sol, des nitrates plein les feuilles de salades !
... et aussi, des légumes malades, prêts à crever d'intoxication alimentaire  confused

...................La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Fertil10

Et pour bien mesurer l'importance de ces sur-fertilisations, rappelons-nous des niveaux de besoins de quelques légumes.

...................La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Rappel10

On l'aura compris, une chose est d'apporter de la MO au jardin, une autre est de calculer ce qu'il est raisonnable d'apporter pour ne pas "sur-fertiliser".
Dans le tableau suivant, les quantités que l'on peut apporter chaque année :

...................La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Tab_8_10

Ci-dessus, le tableau final pour des terres délaissées, mal soignées en apport de MO depuis longtemps. On ne devrait donc apporter, par an, que les quantités brutes du tableau :

....... La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 217703 Sur fond vert : les produits qui vont apporter les 1,8 Kg de MO que l'on souhaitait.
.......La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 217703 Sur fond orange, les seules quantités possibles ... on ira ainsi moins vite pour relever le taux de MO.

Oui, mais voila, dans certaines situations, on se retrouve avec moins de MO au bout de 10 ans qu'on en avait au début ! Faire un potager sur des terres très pauvres et réussir à remonter le taux de MO sans induire d’excès alimentaires devient une gageure
Il faudra, dans ce cas, jouer avec des apports très riches en MO et pas trop concentrés en NPK, ce n'est pas évident du tout. Toutefois, avoir ainsi compris ce qui se passe sous nos pieds est une bonne chose pour apporter les produits qu'il faut, sans espérer que la nature va se débrouiller avec n'importe quelle matière organique.

Une bonne raison pour ne manquer aucune année et ne pas remettre ces apports de MO à plus tard ...
... parce qu'on n'a pas le temps de s'en occuper
... ou que l'on n'a pas, une année, les quantités suffisantes.

Reste à connaître la quantité de MO de sa terre La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 3471303818 et pour le moment, personne n'a répondu !


Dernière édition par Carabus le Dim 13 Nov 2016 - 19:17, édité 3 fois
Carabus
Carabus

Messages : 195
Date d'inscription : 09/10/2016
Région : Lauragais Toulousain en Midi Pyrénées
Activités : Retraité heureux d'avoir un grand potager.
Humeur : Très enjoué quand il a bien plu, ce qui se fait de plus en plus rare !

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  neira Jeu 10 Nov 2016 - 13:58

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 4252002958 bonjour Carabus
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 322241 La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 670211 La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 311834
merci pour ces précieux calculs , qui correspondent sans doute fort bien au cas de mon jardin (catégorie pauvre ), au moins pour une partie d'icelui
J'étais déjà à la poursuite de crottins d'ânes , je sens que si je veux faire face à mon déficit , il va falloir énormément investir dans l'autre chose , cad les granulés de fumier , seul chose pratique pour une faible femme La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 397161
neira
neira
Magic'B

Messages : 42969
Date d'inscription : 16/10/2010
Région : Pôle nord centre
Activités : Cultivatrice exotique
Humeur : verdoyante

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  neira Jeu 10 Nov 2016 - 14:00

oh flûte , le titre a encore sauté ... je suis désolée ..
tu te souviens de l'intitulé exact ?
neira
neira
Magic'B

Messages : 42969
Date d'inscription : 16/10/2010
Région : Pôle nord centre
Activités : Cultivatrice exotique
Humeur : verdoyante

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Carabus Jeu 10 Nov 2016 - 15:12


Oui, je viens de voir cela ... j'ai corrigé et complété.
J'ai fait quelques recherches sur le crottin de cheval afin de répondre au post qui en parle !
C'est un gros "désert" et, en plus, dans ce qu'on trouve, les auteurs semblent s'être allègrement mélangés les pinceaux dans l'expression des résultats en confondant des valeurs sur le produit brut et sur la matière sèche et, en plus, avec des expressions tantôt par gramme, par Kg et en % mais !!! ...
... en % de quoi ? du PB ou de la MS.  Laughing ce n'est pas signalé.
Les résultats des analyses reproduites dans ces articles sont totalement incohérents et donc inutilisables, an l'état.
J'ai envoyé un message à 2 auteurs de ces études et ... bien sûr ... pas de réponse.

C'est génial, la toile, pour trouver des infos mais qu'est-ce qu'il faut faire attention à ce qui y est publié. La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 124991
Carabus
Carabus

Messages : 195
Date d'inscription : 09/10/2016
Région : Lauragais Toulousain en Midi Pyrénées
Activités : Retraité heureux d'avoir un grand potager.
Humeur : Très enjoué quand il a bien plu, ce qui se fait de plus en plus rare !

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  maraichin85 Dim 13 Nov 2016 - 19:05

onjour
Je n'ai pas fait d'analyse de ma terre mais je pense que je suis dans la moyenne (ni pauvre, ni sur-productive). J'ai une terre plutôt argileuse.
Si j'apporte du compost familial mélangé à du fumier de cheval pailleux, la quantité que je dois apporter va être de 1 kg au m2 ou moins? Et ce chaque année ou pas?
Excuse-moi si je te pose une colle, j'ai l'impression de ne pas être dans le tableau La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 4252002958
maraichin85
maraichin85

Messages : 24
Date d'inscription : 04/11/2016
Région : pays de Loire

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Carabus Dim 13 Nov 2016 - 19:15

maraichin85 a écrit:
Si j'apporte du compost familial mélangé à du fumier de cheval pailleux, la quantité que je dois apporter va être de 1 kg au m2 ou moins ?  

Dans le tableau tu as 2.5 Kg pour le fumier de cheval et 2 Kg pour le compost familial.
Si tu mélanges les 2 ... 2 à 2,5 Kg par m² et ce sera bon.

Pourquoi réduire à 1 Kg ? si tu as ce dont tu as besoin, ce serait dommage de limiter cet apport.
Carabus
Carabus

Messages : 195
Date d'inscription : 09/10/2016
Région : Lauragais Toulousain en Midi Pyrénées
Activités : Retraité heureux d'avoir un grand potager.
Humeur : Très enjoué quand il a bien plu, ce qui se fait de plus en plus rare !

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  maraichin85 Mar 15 Nov 2016 - 18:28

Bonjour Carabus
Désolée je me suis trompée de colonne, merci d'avoir rectifié
maraichin85
maraichin85

Messages : 24
Date d'inscription : 04/11/2016
Région : pays de Loire

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  AnJo11 Sam 26 Nov 2016 - 13:59

>L’initiative « 4 pour 1000» propose d’améliorer la teneur en matières organiques et d’encourager la séquestration de carbone dans les sols, à travers la mise en œuvre de pratiques agricoles et forestières.>

ça c'est le dernier gimmick de la COP...Fort bien, on ne va pas bouder notre plaisir de voir, qu’après des décennies de dégradation de la MO des sols agricoles par l'agriculture chimique "on" en redécouvre l'intérêt primordial !

< Grâce aux plantes et aux organismes vivants, les sols contiennent deux à trois fois plus de carbone que l’atmosphère. Riche en carbone, la matière organique des sols est essentielle : elle retient l’eau, l’azote et le phosphore, indispensables à l’agriculture. Mais l’alternance de phases de dessèchement et de précipitations intenses renforcent les phénomènes érosifs. À terme, près de 30 millions d’hectares de terres arables pourraient être perdus chaque décennie.> (source INRA)


les moyens préconisés:

Éviter de laisser le sol à nu pour limiter les pertes de carbone
Restaurer les cultures, les pâturages et les forêts dégradées
Planter arbres et légumineuses qui fixent l’azote atmosphérique dans le sol
Nourrir le sol de fumiers et de composts
Collecter l’eau au pied des plantes

L'INRA se serait il inscrit au fofo? jocolor

Bon, "langua de pella" que je suis comme d'hab, voilà comment ça se traduit dans les faits et pratiques commerciales des fournisseurs d'intrants agricoles, infos reçue pendant une discussion lors de la belle soirée de tempête récente:
< Nourrir le sol de fumiers et de composts> : nouveau produit proposé, du "complexe argilo_humique". dosage préconisé, en viti, 200Kg/ha.
D'accord, ça ne peut pas faire de mal, mais à ce dosage en grande culture, je doute un peu de son efficacité réelle... La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 355479 et puis, éviter sa destruction, voire favoriser sa constitution ne serait il pas tellement mieux?

dernier truc tendance, hérité des cultures sur sables stériles à l’israélienne, le goutte à gtte nourrisseur au pied des plantes.(ici, encore la vigne)
ça marche bien dans le sable, certes...mais sur des sols contenant de l'argile, c'est un peu plus aléatoire et complexe...Du simple mélage NPK originel, les jus proposés aujourd'hui contiennent maintenant une foule d'autres éléments.
avec toujours des problèmes sanitaires et autres, et des résultats variables d'une année à l'autre sur les mêmes parcelles...
à encore vouloir court-circuiter la vie du sol, dont le rôle est précisément de mettre à disposition aux plantes les éléments nécessaires à leur vie et leur bonne santé, on crée des plantes junkies, et fragiles...donc la nécessité de tas d'autres dopes, délicieusement rentables, pour les vendeurs bien sur.

Bon au moins c'est clair, les vendeurs d'intrants viennent d'inventer la culture hydroponique de plein champ. Very Happy OK; c'est valable en plein désert, mais chez nous, ne serait ce pas un peu reconnaitre que nos terres se désertifient?

Je dois, par équité, rappeler qu'il existe aussi des techniques de culture hydroponiques "bio"; Mais franchement, en plein champ, quel délire!
En tout cas, ça va pas vraiment vers une amélioration des stocks de carbone dans le sol...
@











AnJo11
expériplanteur intrépide

Messages : 4141
Date d'inscription : 14/02/2015
Région : Languedoc-Roussillon, Aude, limite Minervois/Cabardès, montagne sèche schisteuse à météo et hygrométrie aléatoires mais bien ventée, à 600m d'alt., exposition sud-est à sud-ouest.
Activités : artisan, loisirs variés, procrastineur cyclothymique, liseur accro dès que j'ai 5mn, fan de BD...
Humeur : de super soft à ultra GRRRRRR

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  claire Sam 26 Nov 2016 - 15:03

Anjo, malgré tout l'estime que je te porte, je n'y arrive pas, c'est trop long, trop compliqué, trop technique, trop scientifique...

Je réponds à Anjo qui vient d'écrire mais pour ce qui concerne Carabus, c'est pareil Very Happy

J'assimile quelques données qui me font avancer mais quand je constate que tout compte fait sans être aussi pointus et rigoureux on s'en sort quand même pas mal du tout je me dis que le jardinage pour moi doit rester un loisir. Sinon, ça frise l'addiction, l'esclavagisme... et on a tant d'autres choses à faire.

Certes on apprend, mais à la hauteur de nos petits jardins et de nos petits bras, de nos petits moyens mais néanmoins de nos grandes ambitions jardinesques, devoir en plus intégrer toutes ces informations et les appliquer c'est quasiment impossible (pour moi).
On va finir par se dire : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Il arrive des moment ou je n'ose pas poser des questions de peur qu'elle paraissent trop simplistes.
Pourrait t'on ouvrir un sujet appelé "questions bêtes" ? geek La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 568652


claire
claire

Messages : 8622
Date d'inscription : 26/02/2013
Région : La Ciotat
Activités : La nature dans tous ses états
Humeur : taquine

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Carabus Sam 26 Nov 2016 - 16:31


Bonjour claire,
et très grand merci pour ta franchise ... j'y suis sensible et je te demande de ne pas douter que je tente, en écrivant mes élucubrations diverses sur la MO et le NPK :
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 604326  de faire au plus court en n'abordant qu'un seul thème à la fois,
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 604326 de me relire plusieurs fois en corrigeant, en modifiant et en reformulant ... pour être compris.

Un illustre écrivain, je ne sais plus qui d'ailleurs, avait un jour écrit :
<< ce qui est simple est faux et ce qui est compliqué est inutilisable >>
Il ne pensait sans doute pas à un jardin en écrivant ces mots mais il aurait pu tant ce qui s'y déroule est d'une effrayante complexité.

Quand on lit "mes poireaux sont restés comme des fils et ne veulent pas grossir" ... on est dans cette complexité ! comment répondre .
Et quand on lit aussi << mes tomates ont, cette année, le "cul noir", qu'est-ce qui fait cela ? >> on est dans la même difficulté à répondre par quelques simples explications.

Des vilains, illuminés ou gentils naturo-béats vont parler de tisanes aux mille vertus, du cycle perturbé de la lune ou d'un arrosage avec de l'eau insuffisamment dynamisée par un vortex contrarié.
Cela ne "mange pas de pain" et fait plaisir à l'auteur qui aime à rappeler ses croyances trop mal partagées à son goût.
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 188715 Le conseil, même très inopérant, ne tiendra qu'en quelques lignes, c'était le principal pour être lu et compris.
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 188715 L'explication vertueuse est plus douloureuse :
...... - tant pour la longueur des choses à raconter afin d'être clair sur "le pourquoi du comment"
...... - que pour le choix des mots à utiliser pour décrire ce qui a pu se passer et ainsi bien répondre au désarroi du jardinier.

Bref, il y a "fondamentaux", pas toujours très simples, qu'il est nécessaire de rappeler lors d'un message quelque peu technique.
Mais tu as raison de faire remarquer que le plaisir du jardin doit pouvoir se passer de toutes ces connaissances à ne pas ranger, pour autant, dans de la masturbation intellectuelle.

Et à ce sujet, il faut savoir choisir entre
...... - "un conseil" qui cherche à rendre l'acteur capable de comprendre le geste à réaliser
...... - et "une recette" où l'on reproduit un truc sans avoir bien pigé pourquoi ça marche.  Laughing
Perso, je n'aime pas trop les recettes car je suis sous l'emprise de celui qui me les a données. Qu'avait-il donc derrière la tête ?

Quant à ouvrir un post "questions bêtes" c'est une bonne idée.
Aucune question n'est bête, seules sont ainsi,parfois, "les réponses". La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 364495
En espérant que la mienne ne t'aura pas trop déçue. cheers
Carabus
Carabus

Messages : 195
Date d'inscription : 09/10/2016
Région : Lauragais Toulousain en Midi Pyrénées
Activités : Retraité heureux d'avoir un grand potager.
Humeur : Très enjoué quand il a bien plu, ce qui se fait de plus en plus rare !

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  claire Dim 27 Nov 2016 - 19:27

Bonjour Carabus,

Merci pour ta réponse et ta gentillesse Carabus, je ne doute pas du tout de tes excellentes intentions et de tes qualités pédagogiques. J'aimerais pouvoir répondre à chacune de tes phrases, mais par écrit ce serait trop long et n'exprimerait pas forcément la légèreté que j'aimerais mettre dans mes propos. La passion pour le vert on la partage tous mais pas de la même façon.
On a chacun un coin de rêve que l'on veut réaliser dans son jardin. Pour moi c'est un rêve global qui ressemble à la nature telle que je la vois dans ses conditions naturelles et que j'ai envie de restituer dans mon jardin.
Mais revenons au potager :
Les tableaux avec chiffres et pourcentages, pour moi c'est inutilisable, je ne veux pas (et ne pourrais pas) faire de mon jardin un laboratoire. Les règles strictes je ne sais pas les appliquer, déjà dans la vie, mais encore moins dans mon jardin qui est par excellence un espace de liberté, de respiration, de réflexion aussi il ne faut pas croire. J'observe, j'écoute, et je prends ce qui me paraît le plus important et qui correspond à une certaine éthique, que d'ailleurs tu as l'air de partager.
Tout ce que tu dis et écris je l'ai lu, je l'ai admiré, je te dis "chapeau" ! C'est une grande chance de t'avoir sur notre forum. Avant toi du potager on parlait peu, si ce n'est quelques évocations de nos récoltes (et en général quant on en était fiers La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 205125 )
Heureusement tout le monde n'est pas comme moi, je n'ai jamais rien mesuré ni lu de modes d'emploi La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 364495

Moi tu l'auras compris je suis plus jardin de curé sous les tropiques que passionnée des plantes potagères (mais que j'aime aussi pour leur beauté et pour le fait que quand on cultive on sait ce qu'on mange).

Je changerais de page pour te poser ma question bête La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 355479
claire
claire

Messages : 8622
Date d'inscription : 26/02/2013
Région : La Ciotat
Activités : La nature dans tous ses états
Humeur : taquine

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Carabus Dim 27 Nov 2016 - 21:01



Je t'y répondrai avec grand plaisir ... si je sais quoi dire ?
claire a écrit: Les tableaux avec chiffres et pourcentages, pour moi c'est inutilisable, je ne veux pas faire de mon jardin un laboratoire.
Ils ne sont pas la pour être appris mais pour illustrer un phénomène, expliquer ce qui se passe et donner de l'importance (ou pas) à des actes pratiques à réaliser au potager.
Ainsi, apporter du compost au jardin, chaque année et en quantité suffisante, qui pouvait n'être qu'une très banale habitude devient, pour certains sols, une énorme obligation, par exemple.

Aller, bonne nuit quand même.
Carabus
Carabus

Messages : 195
Date d'inscription : 09/10/2016
Région : Lauragais Toulousain en Midi Pyrénées
Activités : Retraité heureux d'avoir un grand potager.
Humeur : Très enjoué quand il a bien plu, ce qui se fait de plus en plus rare !

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  claire Dim 27 Nov 2016 - 21:17

"Ainsi, apporter du compost au jardin, chaque année et en quantité suffisante, qui pouvait n'être qu'une très banale habitude devient, pour certains sols, une énorme obligation, par exemple."

Entièrement d'accord avec toi Carabus !!! Pour moi c'est le point essentiel de ce que j'ai retenu dans ce que tu as écris !!! Very Happy et depuis que je t'ai lu je me suis fourni en M.O. et en fumier déshydraté.

Alors ma question était juste de savoir si ce que j'avais fait pour préparer mon potager avant l'hiver était correct :

Mon potager consiste en une sorte de grosse jardinière murée de 70 cm de haut (ça c'est super !), 1m de large et 5 m de long.
J'ai retiré tous les restes de vieux légumes d'été fané que j'ai mis au compost. J'ai grattouillé la terre en surface au rateau, j'ai vidé deux grosses poubelles de jardin remplie de Compost acheté dans une jardinerie qui le fait elle-même et le vend à maturité (mon modeste compost ne suffit pas encore à mes besoins). J'ai gratouillé à nouveau pour enfouir très légèrement, puis j'ai recouvert d'un sac de fumeterre (fumier d'ovins deshydraté que j'ai étalé) et d'un sac de Migon. Tu dois connaître ces produits. J'ai passé le rateau.
Voilà, c'est tout beau, tout propre. J'ai juste laissé de la bourrache qui pousse naturellement et quelques aromatiques vivaces.

Voilà. Et tout ça c'est ce que j'ai retenu en priorité de tes conseils. Est-ce que ça va a minima ?
claire
claire

Messages : 8622
Date d'inscription : 26/02/2013
Région : La Ciotat
Activités : La nature dans tous ses états
Humeur : taquine

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Carabus Lun 28 Nov 2016 - 9:59


Bonjour Claire,

Les nouvelles ne sont pas bonnes ... pas bonnes, du tout !
On résume ce que tu as mis sur une planche de 1 ml X 5 ml soit 5 m² :
- 2 poubelles de 80 litres de compost venant d'une jardinerie qui le fabrique.
En comptant une densité autour de 500 Kg /m³, tu as du épandre autour de 80 Kg de ce compost sur tes 5 m².
Ce compost doit avoir la composition suivante en Kg de minéraux par tonne : NPK = 5-3-5
Ce serait  intéressant que tu nous dise ce qu'il y a d'écrit sur l'étiquette de ce produit. ?

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 188715 Je m’arrête la et m'explique des calculs suivants :
Les minéraux contenus dans ce compost vont servir à l'alimentation de tes légumes.
Les besoins de ces légumes s'expriment en Kg de minéraux par hectare (c'est ainsi !!! il faut jongler)
Les besoins moyens de tous nos légumes, sans pinailler, sont autour de NPK=120-90-195

Si tu ne prends que l'azote, 120 Kg/Ha cela fait par m², 12 grammes d'azote par m² ... OK
Traduis en grammes de minéraux par m², il faut que nos légumes trouvent, en NPK par m² : 12-9-19,5
Qu'as-tu apporté avec les 80 Kg de compost en 2 poubelles ?
Si on prend l'azote à 5 Kg d'azote par tonne de compost :
On a épandu 80 Kg de compost X 5 / 1000 = 0,4 Kg d'azote sur 5 m² ... OK
Cela fait donc en grammes d'azote par m² : 400 / 5 = 80 gr.

Rien qu'avec ce compost, tu as mis 80 grammes d'azote pa m² pour des besoins des légumes de 12 grammes !!!
Au total des minéraux en azote, phosphore et potasse, on arrive à :
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 604326 Besoins des légumes NPK=12-9-19,5
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 604326 Apports par le compost NPK=80-50-80

Tu as mis, croyant bien faire, (mais sans aucun calcul) :
7 fois trop d'azote, 6 fois trop de phosphore et 4 fois trop de potasse !
Et je n'ai pas encore compté le Fumeterre et le Migon que tu as rajouté ... car le total est assez effrayant.

Bref, tu as sur-fertilisé ta planche de potager dans des proportions considérables.
C'est assez classique quand on ne calcule pas ce qu'on apporte et on en met 10, 20, 50 fois trop !
Même avec des produits dits "naturels", sans le vouloir, on pollue son jardin.
Que feront tes légumes avec de tels excès ... tu le verras.
Carabus
Carabus

Messages : 195
Date d'inscription : 09/10/2016
Région : Lauragais Toulousain en Midi Pyrénées
Activités : Retraité heureux d'avoir un grand potager.
Humeur : Très enjoué quand il a bien plu, ce qui se fait de plus en plus rare !

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Carabus Lun 28 Nov 2016 - 10:05

Mauvaise manip ...


Dernière édition par Carabus le Lun 28 Nov 2016 - 10:34, édité 1 fois
Carabus
Carabus

Messages : 195
Date d'inscription : 09/10/2016
Région : Lauragais Toulousain en Midi Pyrénées
Activités : Retraité heureux d'avoir un grand potager.
Humeur : Très enjoué quand il a bien plu, ce qui se fait de plus en plus rare !

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  AnJo11 Lun 28 Nov 2016 - 10:26

Arrête Carabus, tu vas traumatiser Claire, après que je lui aie filé la migraine! geek

une solution ne serait il pas alors d'apporter maintenant une certaine quantité de MO très pauvre en azote pour le faire consommer par les mico-organismes qui la décomposeront? (écorces, copeaux de bois, broya très ligneux, carton...)
Au final, on aurait de l'humus en stock non?
@

AnJo11
expériplanteur intrépide

Messages : 4141
Date d'inscription : 14/02/2015
Région : Languedoc-Roussillon, Aude, limite Minervois/Cabardès, montagne sèche schisteuse à météo et hygrométrie aléatoires mais bien ventée, à 600m d'alt., exposition sud-est à sud-ouest.
Activités : artisan, loisirs variés, procrastineur cyclothymique, liseur accro dès que j'ai 5mn, fan de BD...
Humeur : de super soft à ultra GRRRRRR

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Carabus Lun 28 Nov 2016 - 10:56


Oui, ce serait une solution.
Toutefois cela n'empêchera pas les excès des divers minéraux de rester présents comme K2O et P2O5 que les micro-organismes ne bouloteront pas attendu que leurs besoins restent modestes et qu'ils n'utilisent en majorité que de l'azote pour la synthèse de leurs propres protéines.

Claire ne doit pas se formaliser. C'est une situation très classique qui a fait dire à nos sénateurs que les plus grands pollueurs sont les jardiniers, beaucoup plus que les agriculteurs.
Un texte est d'ailleurs en préparation interdire la vente de tous les phytos en jardinerie à partir de 2019.
Les engrais minéraux sont déjà interdits à la vente en Coopérative pour les "non agriculteurs" si on respecte la loi.

Le calcul sur les apports que Claire a réalisés me conforte dans le projet d'écrire des fiches sur la fertilisation des légumes, légume par légume.
Ce qui est dommage est le peu de jardiniers qui fréquentent FJPo ... les échanges restent donc très peu fournis.
Carabus
Carabus

Messages : 195
Date d'inscription : 09/10/2016
Région : Lauragais Toulousain en Midi Pyrénées
Activités : Retraité heureux d'avoir un grand potager.
Humeur : Très enjoué quand il a bien plu, ce qui se fait de plus en plus rare !

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  AnJo11 Lun 28 Nov 2016 - 11:22

certes excès il y a, mais l'humus sert justement de tampon, et limite les éventuels problèmes, dont les lessivages, qui eux peuvent effectivement être considérés comme des pollutions.

Mais bon, les pollutions "jardinesques" sont réelles certes, comme je pense pour toute action humaine ou peu s'en faut, et limiter l’accès aux phytocides est à mon avis une bonne mesure; les jardiniers vont râler, mais ils feront comme les cubains, ils développeront des solutions autres...
Mais cette évocation des pollutions a été plutôt faite il me semble à l'époque de la tentative de diabolisation du purin d'orties...
La démarche de "responsabilisation" (= culpabilisation) des jardiniers est assez paradoxale, venant des mêmes instances politiques qui autorisent obstinément la commercialisation de produits et techniques aux effets néfastes multiples et avérés (OGM, néo-nicotinoïdes, élevages concentrationnaires etc...)

Autre point: sur des petites surfaces cultivées, soit le cas de la plupart des jardins et les petits champs, entourées de haies mixtes arbres/buissons, et/ou de larges bandes enherbées, les pertes par lessivage de l'azote tendent vers zéro, et celles des minéraux sont radicalement limitées.
idem en permaculture incorporant arbres et buissons fruitiers.

Il y a plein de techniques qui pallient génialement à nos approximations...et là, je rejoins tout à fait Claire, je gère aussi au pif, en fonction des opportunités de ressources, ou même des nécessités de recyclage (qui est un choix délibéré de principe chez moi)
@

AnJo11
expériplanteur intrépide

Messages : 4141
Date d'inscription : 14/02/2015
Région : Languedoc-Roussillon, Aude, limite Minervois/Cabardès, montagne sèche schisteuse à météo et hygrométrie aléatoires mais bien ventée, à 600m d'alt., exposition sud-est à sud-ouest.
Activités : artisan, loisirs variés, procrastineur cyclothymique, liseur accro dès que j'ai 5mn, fan de BD...
Humeur : de super soft à ultra GRRRRRR

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Carabus Lun 28 Nov 2016 - 14:43

Je te trouve bien tolérant.  La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 225100
Le refus d'un petit calcul dont les vilains résultats seront absorbés par la bande enherbée !
C'est presque l'excuse de pratiques parfois aberrantes puisque la nature corrigera toute seule nos excès.

Ne nous étonnons pas, alors, des blocages de certains minéraux par l'excès d'un autre.
On va alors se plaindre de certaines carences au jardin avec des tomates qui font peu de fruits à cause de la coulure des fleurs ou des radis qui ne veulent pas grossir ... on l'a bien cherché.  Laughing
La solution : continuer vos mauvaises pratiques mais plantez 12 pieds de tomates au lieu de 6 ... vous récolterez alors vos besoins.

Et c'est sans parler de la qualité de nos légumes qui vont se retrouver pourris de nitrates alors qu'on hurle sur les pratiques de certaines "serres industrielles" qui fournissent de la m.... pour les étals de GMS.
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 364495 Il ne faudra plus dire, alors, qu'on fait un potager pour manger des légumes sains !
On n'en sait d'ailleurs rien puisqu'une "salade aux nitrates" a le même goût qu'une autre, "sans nitrate".

Et puis, c'est si facile de calculer ce qu'on apporte au jardin.
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 217703 On le fait une fois pour toutes, par légume,
... avec les amendements et engrais habituellement utilisés
... et on répète la chose l'année suivante.

Ce qu'il faut aussi remarquer, c'est que ces pollutions se font bien plus :
Embarassed avec des produits naturels en excès utilisés par des bios-déraisonnables
Embarassed qu'avec des engrais minéraux  (utilisés par de vilains "chimiques")  Very Happy mais dont les quantités ont été calculées pour satisfaire, le moins mal possible, les besoins des légumes.
Cherchons l'erreur ...  La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 124991
Carabus
Carabus

Messages : 195
Date d'inscription : 09/10/2016
Région : Lauragais Toulousain en Midi Pyrénées
Activités : Retraité heureux d'avoir un grand potager.
Humeur : Très enjoué quand il a bien plu, ce qui se fait de plus en plus rare !

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  AnJo11 Lun 28 Nov 2016 - 16:23

Non, pas trop tolérant, la stratégies des bandes enherbées (et bandes boisées) a été préconisée, essayée et quantifiée (pour le N) dans le cadre de la lutte contre les lessivages de surface en grande culture, en particulier en région Bretagne, sans d'ailleurs se préoccuper du mode d'agriculture (bio ou pas, les deux pouvant être effectivement également de potentielles sources de pollution).
Là bas, le problème des marées vertes dues aux contaminations massives d'azote et phosphore dues principalement aux élevages industriels est un méga problème.

le résultat est sans appel sur les taux de nitrates relevés dans les eaux de surface: il baisse radicalement;
on considère d'après ces essais que 10m de ripisylve retiennent 80% des nitrates lessivés (je suppose jusqu'à un certain taux).
Mais ce qui est surprenant, une bande enherbée équivalente aurait les mêmes capacités de protection.
Pour PK, je n'ai aucun souvenir, et suis hélas incapable de retrouver mes sources.(ça peut revenir)
ces essais étaient spécifiquement orientés sur le sujet des eaux de surfaces, et des moyens de les protéger.

Mais dans la pratique, il est impossible d'imposer aux agriculteurs, qui labourent au raz des bitumes ou des fossés de laisser des bandes boisées ou enherbées de 10m autour de leurs parcelles!

Heureusement, la plupart des potagers sont de petite taille, et souvent entourés de haies, arbres, pelouses, aussi leur pertes seront minimes.

Mille fois moins que les réseaux d'eaux usées qui affichent des taux de pertes parfois hallucinants( 70%), et ne sont jamais efficaces à 100% par exemple...ou que les performances de bcp de stations d'épuration...

Les nitrates organiques ou chimiques restent des nitrates. leur excès surcharge les plantes, et va polluer les eaux, là je suis d'accord, mais imaginer que les engrais chimiques épandus sur un sol mort feraient moins de dégâts  que une culture organique elle même excessive est une vue de l'esprit.
Même en imaginant une gestion fine des intrants, ce qui est loin d'être la règle. Sur des centaines de dossiers agricoles en Aude (et un peu dans l’Hérault), je n'ai pas vu 10 agriculteurs qui y avaient recours régulièrement en plus de 20 ans;
Au mieux une analyse basique de sol de ci de là, ou pour déterminer une carence...
Mes potes, tjrs en activité (coop Arterris, consultants SIVAM bio, consultants écocert...) me disent que ça c'est à peine amélioré.
Pour ceux qui sont techos de terrain, le but (de l'entreprise) est avant tout de vendre.
Quitte à vendre un peu trop.
Pour les consultants, les entreprises veulent au contraire économiser, et là, les analyses sont nettement plus pratiquées, ce qui aura sans nul doute un effet positif sur la pollution...

malgré l'augmentation des couts des engrais (liée à celle du pétrole), les qutés épandues à l'ha ne baissent pas (c'est un gentil euphémisme), et les taux de contaminations variées des réserves d'eau  augmentent toujours (d'accord, il y a l'effet retard du aux vitesses de pénétration);
On en est à des forages de 400m (Corbières) pour essayer de trouver de l'eau potable assez propre...pour diluer l'eau plus contaminée et rester ainsi dans les clous légaux !

certains captages sont protégés par des aires très vastes où si agriculture il y a , elle est obligatoirement organique (et aidée efficacement du coup): ville de New York, ou les captages des grandes eaux minérales (des milliards de chiffre d'affaire) ...ce n'est pas par idéologie, simple pragmatisme.
@

AnJo11
expériplanteur intrépide

Messages : 4141
Date d'inscription : 14/02/2015
Région : Languedoc-Roussillon, Aude, limite Minervois/Cabardès, montagne sèche schisteuse à météo et hygrométrie aléatoires mais bien ventée, à 600m d'alt., exposition sud-est à sud-ouest.
Activités : artisan, loisirs variés, procrastineur cyclothymique, liseur accro dès que j'ai 5mn, fan de BD...
Humeur : de super soft à ultra GRRRRRR

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  claire Lun 28 Nov 2016 - 19:02

C'est sûr Carabus que tu me donnes la migraine !!! et je ne sais pas s'il faut en rire ou en pleurer La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 1457606549  La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 263650379

Bon j'ai tout faux, c'est très grave !

Je te donne quelques précisions :
Le compost que j'ai ramené de la jardinerie n'avait pas d'étiquette, c'était en vrac, du compost de déchets verts et de boues d'épuration.
Heureusement je n'avais pas fini le travail !!! : j'en ai ramené deux grandes poubelles et je n'en ai pour l'instant étalé qu'une (donc c'est déjà la moitié de ce que j'avais dit ! (J'ai anticipé, pensant que tu allais chaudement approuver La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 364495). Maintenant que je t'ai lu je ne mettrais évidemment pas la deuxième poubelle geek
Au sujet de l'engrais : qu'est-ce que le fumeterre ? du fumier de bovin pur à 100%, composté, puis déshydraté, en granulés.
J'avais un sac de 25 kg entamé. J'en mets régulièrement au pied de mes plantations : au printemps et en automne et mes plantes apprécient fum. Sur mon potager j'ai du étaler 20 kg au plus, mon sac de 25 kg était déjà entamé.
Le Migon (fumier d'ovins) est encore dans son sac, j'allais l'étaler quand je t'ai écrit mais bien sûr je ne le ferai pas.
Donc en gros j'ai mis sur 5 M2 1 poubelle de compost et 20 kg maximum d'engrais de bovins déshydraté.

C'est moins grave alors ?
claire
claire

Messages : 8622
Date d'inscription : 26/02/2013
Région : La Ciotat
Activités : La nature dans tous ses états
Humeur : taquine

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  AnJo11 Lun 28 Nov 2016 - 19:14

ben surement!
ce qui n'exclue pas de compenser avec de la matière ligneuse pauvre en N.
est ce assez court? jocolor La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 355479
@

AnJo11
expériplanteur intrépide

Messages : 4141
Date d'inscription : 14/02/2015
Région : Languedoc-Roussillon, Aude, limite Minervois/Cabardès, montagne sèche schisteuse à météo et hygrométrie aléatoires mais bien ventée, à 600m d'alt., exposition sud-est à sud-ouest.
Activités : artisan, loisirs variés, procrastineur cyclothymique, liseur accro dès que j'ai 5mn, fan de BD...
Humeur : de super soft à ultra GRRRRRR

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  claire Lun 28 Nov 2016 - 19:26

Encore un peu trop long pour mon pauvre cerveau, mais je salue l'effort Anjo  La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 737624540
Ok pour la matière ligneuse, c'est encore dans mes cordes Very Happy
claire
claire

Messages : 8622
Date d'inscription : 26/02/2013
Région : La Ciotat
Activités : La nature dans tous ses états
Humeur : taquine

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Carabus Lun 28 Nov 2016 - 19:50


Tu t'es lancé dans une diatribe sur les excès de l'agriculture conventionnelle et les tentatives de tous ordres pour en limiter les effets néfastes.
Je suis d'accord avec tout ce tu as dit mais la n'était mon propos.

Et pourquoi rajouter "sur sol mort" ?
Mes messages sur l'importance de la matière organique sont bien la pour éviter d'en arriver la.
Des engrais minéraux sur des sols trop très appauvris en MO est une aberration. Le complexe argilo-humique étant inexistant, tous les minéraux seront alors lessivés par les pluies et les arrosages du jardin.

Je faisais simplement remarquer que l'on pouvait davantage polluer son jardin avec des engrais organiques en excès qu'avec des engrais minéraux épandus avec circonspection.
La meilleure preuve, puisque tu parlais de la pollution des plages par les algues vertes, est que cette pollution n'est pas due aux engrais minéraux (comme les détracteurs du "chimique" s'y emploient) mais aux excès d'épandage des fumiers et des lisiers.
Ces exploitations en "hors sol", beaucoup trop nombreuses sur un petit territoire, portent des charges en déjections animales absolument ingérables qui ont conduit à interdire les apports dépassant 30 tonnes de fumier par hectare et par an (Maxi 170 Kg de N dans les textes).

Mais voila, les Bretons ont inventé "l'excédent structurel" qui leur permet de ne pas respecter la loi et d'obtenir une dérogation aux règles d'épandage.
Tous les agriculteurs sont coincés désormais par cette "Directive Nitrates" ... sauf les bretons ... génial.

Les hollandais, coincés aussi par des textes analogues, tiennent depuis près de 30 ans la comptabilité MINAS et chargent des trains avec des effluents d'élevage vers des zones agricoles sans bétail.
Pendant ce temps la, on continue d'accorder des installations d'élevages de porcs et de volailles et on modifie les plafonds des installations classées qui font d'ailleurs procès à l'égard des préfectures.

Tout cela pour dire que les engrais minéraux ont bon dos quand les problèmes d'environnement et de pollution viennent, d'une part, de leur mauvais usage et, d'autre part, des excès d'épandage des engrais organiques.

Sachons utiliser correctement les engrais minéraux, en respectant quelques règles basiques :
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 772260 n'apporter que des quantités en accord avec les besoins des plantes, sans excès pour augmenter les rendements,
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 772260 retenir les formulations adaptées à la nature du sol et en particulier à son pH,
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 772260 étaler leur épandage en fractionnant les doses dans le temps au regard des capacités de valorisation par les plantes,
La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 772260 ne les utiliser que sur des terres dont on a entretenu le taux de matières organiques à un niveau suffisant afin d'y fixer les minéraux.

Je crois qu'on n’intéresse pas nos lecteurs  La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) 871506 ... ça devient terriblement technique.
Et pourtant, ça se passe en ce moment, à nos portes ... on pollue mais on se trompe de cible.
Carabus
Carabus

Messages : 195
Date d'inscription : 09/10/2016
Région : Lauragais Toulousain en Midi Pyrénées
Activités : Retraité heureux d'avoir un grand potager.
Humeur : Très enjoué quand il a bien plu, ce qui se fait de plus en plus rare !

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Carabus Lun 28 Nov 2016 - 19:55

claire a écrit: C'est moins grave alors ?

Demain, je te ferai un petit tableau tout simple qui résumera tes apports et tu comprendras tout ...
... promis.

La, je vais à la soupe mais ces échanges sont intéressants pour "comprendre" ce que l'on fait au jardin et c'est cela qui compte.
Carabus
Carabus

Messages : 195
Date d'inscription : 09/10/2016
Région : Lauragais Toulousain en Midi Pyrénées
Activités : Retraité heureux d'avoir un grand potager.
Humeur : Très enjoué quand il a bien plu, ce qui se fait de plus en plus rare !

Revenir en haut Aller en bas

La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3) Empty Re: La MO au potager "en terres très pauvres" (partie 3)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum